Vous êtes ici

Budgets

5 principes pour une bonne gestion

Transparence

En tant que service public, nous appliquons un principe de transparence sur la gestion financière de nos activités. Vous pouvez retrouver le détail de chaque budget dans nos rapports d'activités complets et détaillés, en libre téléchargement sur ce site. Nous nous engageons aussi à répondre à vos questions dans ce domaine.

 


Autonomie financière des activités

Chaque compétence (Déchets, Bois-énergie, etc.) possède son propre budget.

Par exemple, la vente de matériaux recyclables participe à la gestion des centres de tri, mais en aucune manière à la construction d’un réseau de chaleur (budget Bois-énergie).

Cependant, dans un but d'optimisation des coûts, la gestion administrative est mutualisée. Chaque budget participe de façon équitable au financement de ce service.

Ces budgets sont votés tous les ans par les élus. Ils sont calculés en fonction des charges réelles et des projets programmés.


Des tarifs solidaires

Les tarifs uniques proposés aux collectivités sont basés sur une répartition solidaire des frais. Cette péréquation des coûts est un des principes fondateurs du Syded.

Une petite commune de 500 administrés ne dispose pas des mêmes moyens financiers qu’une ville de 10 000 habitants. Pourtant, toutes les deux peuvent avoir des besoins similaires en matière de gestion des déchets, de production d’eau potable, d’assainissement…


Maîtrise des coûts

Les tarifs sont définis et votés par vos élus avec le seul objectif d’équilibrer les budgets des différentes activités, dans l’optique d’offrir le meilleur service au coût le plus juste.


Pas de capitalisation

Quand une entreprise privée gagne plus d’argent qu’elle n’en dépense, on parle de bénéfice. Ce capital revient au propriétaire de l’entreprise et/ou à ses actionnaires. Pour le Syded, ce principe de "bénéfices" n'existe pas. Les éventuels excédents servent au financement des investissements.


28 M €
au service de l'environnement*

Budget prévisionnel : répartition


13 M 
de travaux en 5 ans, réalisés à 80% par des entreprises locales