You are here

Le "gourmet bag" s’invite dans plusieurs restaurants lotois

14/03/2016

"Doggy bag", vous connaissez ? C’est une pratique anti-gaspillage alimentaire "made in USA". Au restaurant, le client est invité à emporter dans un sac ce qu’il n’a pas pu finir.

Ce terme pourrait laisser croire, à tort, que ce paquet est destiné à notre animal de compagnie… Un reste d’hamburger, pourquoi pas… Mais du canard confit ? Une omelette aux truffes ? Un Rocamadour ? Un fondant au chocolat ? Avouons qu’on préfère se réserver certains bons petits plats… C’est en tout cas ce que pense le SYDED qui, en association avec des restaurateurs locaux (liste en fin d’article), vous propose d’adopter le "gourmet bag". Un terme beaucoup plus alléchant, non ? Alors, à table…

Cette action rentre dans le cadre de l’opération « Zéro déchet, zéro gaspillage ». Elle est soutenue par la profession de la restauration, représentée notamment par l’Umih46 et les Bonnes Tables du Lot. Aujourd’hui, plusieurs restaurants volontaires lotois lancent l’opération. Le principe est simple : vous avez eu les yeux plus gourmands que le ventre ? Ne culpabilisez plus, le serveur vous proposera d’emporter ce que vous avez laissé dans l’assiette (ou demandez-lui s’il l’oublie !). Il vous préparera alors un "gourmet bag", petite boîte pratique, facile à emporter et micro-ondable. Vous pourrez ensuite la jeter au recyclable, ou mieux, la composter ! Elle est en carton et les encres sont végétales.

Avec ce système, tout le monde est gagnant. Personne n’aime gâcher. C’est d’autant plus dommage de s’offrir un restaurant et de ne pas en profiter jusqu’à la dernière bouchée. Pour les restaurateurs, ce n’est pas plaisant de devoir jeter à la poubelle des produits de qualité, cuisinés avec soin et passion. Pour eux, ce geste s’inscrit dans la convivialité de leurs établissements. Puis, aussi bien sur le plan économique qu’environnemental, gaspiller de la nourriture est un non-sens.

Les "doggy bags" sont très répandus dans les pays anglo-saxons. Les Français, par contre, n’ont pas (encore) inscrit cette pratique dans leurs coutumes. « Demander à "emporter les restes" dans un restaurant, ça nous gêne… » Dans le Lot, les "gourmet bags" seront testés durant 4 mois. L’objectif est de démontrer que cette pratique peut séduire les clients. Si c’est le cas, un plus grand nombre de restaurants adopteront ce même concept. Les restaurateurs participant à l’opération "gourmet bag" signent une convention d'engagement avec le SYDED. Ils sont tenus de faire un suivi détaillé afin d’évaluer l'impact de l'opération.
Alors, pas de honte, et surtout pas de regret ! La prochaine fois, quand vous regarderez la carte, souvenez-vous que vous pourrez aussi en profiter chez vous…

  • La Chartreuse (Cahors)
  • La Crêperie le Rozel (Gramat)
  • La Pause (Cajarc).
  • La Presqu'île (Gorses)
  • La Roue (Cabrerets)
  • L'Auberge de Nadillac
  • L'Auberge des 7 tours (Martel)
  • Le Balandre (Cahors)
  • Le Bardouquet (Castelnau-Montratier)
  • Le Bureau (Cahors)
  • Le Café du Palais (Gourdon)
  • Le Château de Mercuès
  • Le Giscard (Thégra)
  • Le Marché (Cahors)
  • Le Sept (Figeac)
  • L’Allée des vignes (Cajarc)

Le concept "gourmet bag" est, à l’origine, une initiative de la DRAAF Rhône-Alpes (Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt), avec le concours de l’Ademe. Pour démocratiser la pratique du "doggy bag", elle imagine une nouvelle appellation, plus accrocheuse, le "gourmet bag".  Elle l’accompagne d’un slogan : « C’est si bon, je finis à la maison ! ». Ce message donne une image plus positive à ce réflexe qu’il faut adopter sans retenue. Les outils de communication mis à la disposition des collectivités, des associations et des professionnels sont libres de droits et gratuits.

gourmetbag.fr