You are here

Les intrus de la poubelle noire

02/03/2022

Le Lot est le territoire d’Occitanie où l’on jette le moins dans la poubelle noire (223 kg / hab en 2021). Ce résultat est le fruit de nombreuses actions de prévention et de communication entreprises depuis plus de 20 ans par le service public des déchets (mise en place du tri sélectif puis de l’extension des consignes à tous les emballages en 2012, développement du compostage individuel et collectif, sensibilisation du grand public et des scolaires…).

Malgré ce bilan positif, les marges de manœuvre restent importantes : 80% du contenu de la poubelle noire n’y a pas sa place !

Que contient la poubelle noire lotoise ?

Accompagné par un bureau d’étude spécialisé dans l’environnement, le Syded a réalisé une caractérisation de la poubelle noire en 2021. Le résultat est sans appel : 80% de son contenu n’y a pas sa place : emballages et papiers (30%), déchets dangereux et petit électroménager (6%), restes de cuisine et de repas (30%), aliments gâchés ou périmés (7%), lingettes jetables (17%)… La liste est longue.

Ainsi, la poubelle noire pourrait ne peser que 45 kg par habitant et par an si elle était délestée de ces intrus. Elle en pèse aujourd’hui 5 fois plus ! 

Des déchets non valorisés

Ces intrus jetés à la poubelle noire (aussi appelée poubelle à ordures ménagères) sont « perdus » car son contenu est enfoui ou incinéré. Impossible de valoriser ou de recycler ce qui y est jeté. Cette poubelle noire n’est donc pas la meilleure option environnementale pour gérer nos déchets.
Surtout, les coûts de traitement des ordures ménagères explosent depuis 2020. La Loi de Transition Énergétique pour une Croissance Verte de 2015 a fixé l’objectif de réduire de 50% les déchets enfouis à l’horizon 2025. Elle s’appuie sur deux leviers d’ordre financier :
- Forte augmentation de La Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) qui va tripler entre 2020 et 2025. Cette taxe est vertueuse sur le principe car elle incite à réduire les déchets non valorisés mais son augmentation est trop brutale et difficile à supporter.
- Forte diminution de la capacité des sites d’enfouissement comme celui de Montech où est expédiée une partie des ordures ménagères lotoises. Cette baisse de capacité fait fortement augmenter le coût unitaire du traitement.
Ainsi, l’enfouissement et l’incinération des intrus de la poubelle noire coûtent chaque année plus de 5M€ au Syded qui répercute ce coût sur les collectivités de collecte, et au final sur les contribuables. À l’horizon 2025, ce surcoût est amené à augmenter de 50% si nous ne réduisons pas les quantités jetées.

Et si on les mettait ailleurs ?

C’est la question posée par la campagne de communication lancée par le Syded en ce mois de mars. En effet, il existe des solutions, souvent simples, pour réduire le poids de la poubelle noire.

2 MILLIONS D'EUROS - Et si on les mettez ailleurs ?

Par exemple, la moitié des emballages et papiers échappent au geste de tri des lotois. La solution est toute proche : dans le bac vert ou jaune qui se situe à côté du conteneur à ordures ménagères. Les emballages et papiers coûtent 5 fois moins cher lorsqu’ils sont triés plutôt que jetés dans la poubelle noire.

Plusieurs kilos de déchets dangereux sont jetés dans les sacs noirs : vêtements, piles, petit électroménager, jouets électriques ou électroniques, médicaments, pots de peinture… autant de produits qui échappent à un avenir meilleur s’ils étaient rapportés en déchèteries ou dans les points de collecte dédiés (borne à textile, bornes en magasins…).

Les déchets organiques peuvent être compostés facilement en maison individuelle et de plus en plus grâce aux composteurs collectifs déployés par le Syded avec l’aide des communes. Le gaspillage alimentaire est le déchet qui coûte le plus cher aux lotois. On estime à 20M€ le coût de la nourriture achetée / jetée chaque année dans le Lot.

Enfin, les textiles sanitaires peuvent être remplacés par des produits réutilisables : chiffons, lingettes en tissu et même couches lavables pour les enfants.