You are here

Composter

 Éviter de gaspiller | Consommer durable | Favoriser le réemploi | Composter | Jardiner sans déchets | Limiter les produits nocifs

 

À partir du 1er janvier 2024, le compostage devient l'affaire de TOUS. Mais, pas de panique, le compostage, c’est facile ! De plus, le Syded, les collectivités de collecte des déchets et les communes du Lot mettent tout en œuvre pour que cette pratique soit accessible à tous, partout, et en toutes circonstances : au domicile, sur le lieu de travail, en vacances… Que vous habitiez en ville ou à la campagne, dans une maison avec jardin ou dans un appartement sans espace vert, l’une des 3 solutions simples présentées ici vous correspond.

TOP 5 des bonnes raisons de composter

Composter est une technique simple qui permet de transformer les déchets d'origine végétale en engrais naturel, comparable à l'humus. Si vous faites partie des personnes qui hésitent encore, voici cinq bonnes raisons pour tenter de vous convaincre.

1. Réduire les déchets
Les Français produisent 18 millions de tonnes de biodéchets par an. Le compostage permet de jeter 30 % de déchets en moins dans sa poubelle. Ainsi, vous sortez moins souvent le sac noir, et il ne sent plus mauvais…

2. Améliorer la qualité des sols
Le compost est un amendement naturel, une réelle alternative aux engrais chimiques. C’est idéal pour les plantes sur le balcon, le potager... En moyenne, 40 % des sols français sont déficitaires en matière organique.

3. Réduire notre impact sur le climat
Les biodéchets en décharge produisent du méthane, un gaz à effet de serre 25 fois supérieur au CO2. Ce n’est pas le cas lorsque ces biodéchets sont compostés, grâce à l’apport d’oxygène. Le compostage local permet aussi de réduire la pollution liée au transport des déchets.

4. Limiter l’impact économique
Le compostage peut détourner des tonnes de déchets de l’enfouissement et de l’incinération. Cela peut permettre de réduire les coûts de traitement des déchets de plusieurs millions d’euros par an. Une économie locale peut aussi se mettre en place autour du compostage, comme c’est déjà le cas dans le Lot : fabrication des composteurs partagés, des emplois dédiés dans les communes...

5. Valoriser l’engagement citoyen
Composter, c’est penser aux générations futures en préservant l’eau et les ressources naturelles. Composter, c’est participer collectivement à un projet d’intérêt général. Composter, c’est aspirer à une société sans gaspillage, plus responsable. Composter, c’est aussi créer du lien social autour des composteurs de quartier.


Des solutions simples pour tous

 

Cas n° 1 : Maison avec jardin

Solutions

Déposer en tas les biodéchets dans un coin ombragé du jardin est la technique la plus simple pour faire du compost. Elle est particulièrement adaptée pour l’herbe tondue et les tailles d’arbustes. Avec une chute de grillage et un piquet, vous pouvez aussi vous fabriquer un piège à feuilles.

En utilisant un composteur, le processus de transformation est accéléré et l’aspect est aussi plus esthétique qu’un tas de biodéchets à l’air libre... 

Comment ça marche ?

Il est conseillé d’installer son composteur dans un endroit ombragé pour ne pas avoir à humidifier son compost en été. Vous y déposez vos déchets de cuisine. Vous les mélangez avec des apports secs du jardin (feuilles mortes, branches fines ou broyées, herbe séchée...). Aérez régulièrement votre compost en utilisant une tige aératrice ou une fourche.

Où les trouve-t-on ?

Le Syded propose à la vente des kits de compostage à 20 €, composé d’un composteur de 320 l, d’une tige aératrice, d’un bio-seau de 10 l, et d’un guide du compostage individuel. Vous pouvez passer votre commande sur ce site et récupérer votre composteur sur la déchèterie la plus proche de chez vous.

> Réservez un composteur individuel

En réponse à l'obligation 2024, certaines collectivités en charge de la collecte ont décidé d’organiser des séances d’initiation au compostage suivies de distributions gratuites de composteurs. Leur coût est entièrement pris en charge par les collectivités de collecte et le Syded.

> 9 séances sur le Grand-Figeac (préinscription requise)
> Autres rendez-vous à venir...

Cas n° 2 : Bourg et quartier

Solutions

Les composteurs partagés sont dimensionnés pour accueillir les biodéchets de plusieurs familles dépourvues de jardin. Leur capacité répond également aux besoins de la restauration collective : cantines, Ehpad, restaurants... 
En ville, ils sont généralement installés sur les espaces verts accessibles au public.

Comment ça marche ?

Après l’installation d’un composteur partagé dans un bourg de village ou dans un quartier, un animateur du Syded organise une courte initiation au compostage. Chaque foyer du secteur concerné reçoit un bio-seau de 10 l gratuit. Il permet d’apporter les déchets de cuisine au composteur. 
Une personne référente est chargée de gérer le point de compostage, en général, un agent de la commune.

Où les trouve-t-on ?

Le déploiement des composteurs partagés sur le territoire a débuté en 2011. Il continue à l’heure actuelle, avec la collaboration des collectivités locales. L’objectif est d’en installer, au minimum, 1 dans chaque bourg.
Le composteur partagé est aussi présent sur des sites touristiques, les embarcadères en bord de rivières, des écoles, en restauration collective, dans des entreprises... On doit pouvoir composter partout, même sur son lieu de travail !

Sur les 450 composteurs installés sur le département, 90 sont en accès libre au public. Une carte en ligne, compostmap.syded-lot.fr, vous permet de trouver ceux qui se trouvent à proximité.

> Trouvez un composteur partagé à proximité

Cas n° 3 : Logement sans jardin

Solution

Le lombricompostage est la solution d’appartement qui a le plus la cote. Les enfants adorent s’en occuper ! De petite taille, il peut se stocker sur un balcon (à l’ombre), dans un coin de la cuisine ou même dans une cage d’escalier. Ne craignez pas que les vers s’échappent, ils détestent la lumière et préfèrent rester confinés.

Comment ça marche ?

À l’intérieur, des vers de terre que les pêcheurs connaissent bien (Eisenia), se chargent de transformer vos épluchures en engrais liquide et en compost. 
Leur régime alimentaire est cependant un peu plus sélectif qu’un composteur classique : ils n’aiment pas les agrumes, ni l’ail, ni l’oignon. Il est conseillé de découper les biodéchets en petits morceaux. Il faudra aussi apporter un peu de matière végétale sèche, comme des feuilles mortes, ou à défaut, du carton.
À l’issue du processus de lombricompostage, vous obtiendrez deux produits :
- Un engrais liquide à diluer dans 9 volumes d’eau avant utilisation sur vos plantes
- Du compost semblable à du terreau fin au bout de 3-4 mois.

Où les trouve-t-on ?

NOUVEAU : en ce moment, le Syded vous offre 30 € sur une solution de compostage en appartement !
C’est une nouveauté que le Syded a souhaité mettre en place en s’appuyant sur le réseau de distribution d’un partenaire local, Gamm Vert. Il propose un produit à prix plancher, de qualité, fabriqué en France et garanti 15 ans : l’Eco-worms

> Bénéficiez d'un bon de réduction de 30€ pour un lombricomposteur

> Don de vers sur plus2vers.com

> Commandez des vers sur fermedumoutta.fr

> Que mettre dans son lombricomposteur ?


Compost.TV

Quelques astuces en vidéo

Réussir son compost sans moucherons ni odeurs

Le composteur partagé en ville

Je me lance dans le lombricompost...

Tuto montage d'un composteur

compostez les idées reçues

lombricompostage - Retour d'expérience

Astuces pour utiliser les feuilles mortes

Ne jetez pas vos tontes de pelouse !

Bokashi... Kézako ?

 


Questions fréquentes

autour du compostage

Plus familièrement, on les appelle « déchets de cuisine et de jardin ».
Ce sont les déchets alimentaires, comme les épluchures, les restes de repas, ainsi que les déchets issus du jardinage comme les feuilles mortes et les tailles de haies.
Ces déchets organiques, d’origine naturelle, sont biodégradables. C’est-à-dire qu’ils peuvent se décomposer très rapidement, de quelques jours à 12 mois maximum.
Par exemple, la tonte de pelouse laissée sur le sol est 100 % biodégradables. Elle disparaîtra en seulement 3-4 jours.

Non, c’est très simple. Sur une zone ombragée, on dépose les déchets de cuisine et de jardin en petits morceaux, on mélange un peu à chaque fois, et on laisse faire la nature.
Il faut simplement veiller à garder un équilibre entre les apports humides (épluchures...) et les apports secs (feuilles mortes...).

Non, le compostage peut très bien se faire pour zéro frais : directement en tas sans équipement, avec un composteur réalisé avec de la récupération (palette), ou en bénéficiant d'un composteur gratuit si vous assistez à un séance d'information-distribution organisée par votre collectivité de collecte.

Le compostage permet même de générer des économies : moins de sacs noir à jeter, c'est moins de déchets enfouis, et donc moins de frais répercutés sur les impôts...

La réponse n’est pas aussi simple qu’on le souhaiterait.
Les sacs en papier (sans film plastique) sont 100 % compostables. Jusque-là, tout va bien...

Pour les sacs à base de “plastiques biosourcés” (ex. Amidon de maïs), ça se complique.
Les études récentes de l’Ademe montrent que seuls les sacs avec la mention “OK compost HOME” peuvent se décomposer dans un composteur domestique (pas dans un lombricomposteur), mais seulement en petite quantité et avec une pratique et des conditions rigoureuses (brassage, température...). 

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) et le Réseau Compost Citoyen sont plus catégoriques. Ils préconisent de ne pas les mettre dans le composteur. En effet, la plupart de ces sacs sont partiellement constitués de matières issues du pétrole. C’est pourquoi ils ne se décomposent pas totalement et leurs résidus peuvent avoir un impact néfaste sur l’environnement et la santé.

Oui, les agrumes sont compostables. 
Au même titre que les autres biodéchets, découpez-les en morceau pour faciliter le processus de décomposition.

Par contre, il faut éviter d'en mettre dans un lombricomposteur. 

Les mouchoirs en papier et l’essuie-tout sont en fibres de cellulose (bois). Ils ne sont pas recyclables, mais ils sont bien 100% compostables.

En ce qui concerne les microbes et les virus, pas de crainte : les mécanismes naturels du compostage vont les anéantir.

Normalement, non. L’odeur du compost se rapproche du parfum boisé de l’humus dans les sous-bois.

Si jamais une mauvaise odeur se développe, c’est le signe d’un déséquilibre qui se rectifie facilement en rajoutant de la matière sèche : feuilles mortes, broyat de branches, herbe séchée…

Mouches, moucherons, et guêpes peuvent être attirés par des restes de fruits sucrés laissés en surface.

Il suffit donc de brasser pour les enfouir et de recouvrir de matière sèche : feuilles, herbe ou même un peu de terre si vous n’avez rien d’autre.

S'il n'y a pas de rats à l'origine autour de chez vous, il n'y a aucun risque d'en attirer.

Mais, si vous avez des rats dans le voisinage, installez votre composteur sur un carré de grillage fin.
Aussi, si vous mélangez à chaque apport, aucun rongeur n'aura envie de s'y installer.

 
 

Composthèque

Quelques documents utiles

Téléchargez le SYnergies n°31 d'octobre 2023

 

DOCUMENTS > DÉCHETS MÉNAGERS > COMPOSTAGE : Retour en haut de la page